Lost Dutchman State Park

 

Pour moi Lost Dutchman State Park est un des plus beaux parcs d'état que j'ai pu visiter. Il est également sans aucun doute l'un de mes coins préférés aux States. Tu sais c'est un d'ces coins où t'aurais envie de rester pour l’éternité afin d'y admirer cette surprenante montagne.                                                                          Pour te situer un peu, on est au départ de la mythique route d'Apache Trail traversant les fabuleuses montagnes de la Superstition gorgées de légendes apaches... D'ailleurs le nom "Apache" est devenu étroitement associé aux Superstitions et les montagnes sont devenues un bastion des Apaches dans les années 1800. J'te le dis ces montagnes sont une source de mystère et de légende depuis les temps les plus reculés.

 

 

 

La légende de la mine d'or de Lost Dutchman a fait le tour du monde. Je vais te raconter cette légende qui nous a été expliqué à Fanny et moi-même par un local (il voulait discuter de ma façon de voyager car sa mère était également en wheelchair)!!

 

 

Au cours des années 1840, la famille Peralta du nord du Mexique aurait développé de riches mines d’or dans les Superstition Mountain. Leur dernière expédition pour ramener de l'or au Mexique a eu lieu en 1848. Selon la légende, les Apaches ont tendu une embuscade à la grande partie des expéditeurs. Tous auraient été tués, à l'exception d'un ou deux membres de la famille Peralta qui se seraient enfuis au Mexique. Ce fait est connue aujourd'hui sous le nom de Massacre Grounds.

 

Un certain nombre de personnes étaient censées connaître l'emplacement de la mine d'or ou même de l'avoir exploitée. Au fil des ans, de nombreuses cartes ont été retrouvées, mais elles se sont perdues ou égarées dés lors que des parties intéressées ont réclamé des informations. Les hommes qui ont prétendu avoir trouvé la mine de Peralta n'ont pas pu y retourner. Une catastrophe s'est produite avant de pouvoir déposer une réclamation, ce qui ajoute à la tradition d'une "mine perdue".

 

Dans les années 1870, Jacob Waltz, "le hollandais" (en réalité allemand), aurait localisé la mine avec l'aide d'un descendant de Peralta. Waltz et son partenaire, Jacob Weiser, exploitaient la mine et auraient caché une ou plusieurs caches d’or dans les Superstitions.                                                                                    La plupart des histoires placent l'or à proximité de Weaver's Needle, un point de repère bien connu. Weiser a été tué par des Apaches ou, selon certains, par Waltz lui-même. Qu'en dîtes-vous mon cher Watson ?

 

En mauvaise santé, Jacob Waltz déménagea à Phoenix et puis quitta ce monde environ vingt ans plus tard, en 1891. Avant de mourir il aurait soi-disant décrit l'emplacement de la mine à Julia Thomas, une voisine qui s'occupait de lui avant sa mort. Ni elle ni des dizaines d'autres chercheurs dans les années qui ont suivi n'ont été en mesure de trouver la "Mine du hollandais perdu".                                                                                   Les chercheurs ultérieurs ont parfois été victimes d'actes criminels, voire de mort, contribuant à la superstition et à la légende qui entourent ces montagnes.

 

 

Dans un rayon de dix minutes tu as la ville fantôme de Goldfield mais aussi Apache Land. Apache Land est un ancien ranch de ciné avec un village western à l'extérieur. La construction du studio "Apacheland" a commencé le 12 février 1959. Ce lieu est devenu un emblème de l'Arizona et a vu de nombreux acteurs (J.Wayne, Elvis, Steve McQueen, etc) arpenter les rues de Kings Ranch Road à Gold Canyon.
Le 26 mai 1969, un incendie a détruit la majeure partie du ranch. Seuls sept bâtiments ont survécu. Les décors ont été rapidement reconstruits, mais un autre incendie a détruit la plus grande partie de l’Apacheland le 14 février 2004, deux jours après son 45e anniversaire. Le 16 octobre 2004, Apacheland a définitivement fermé ses portes au public.

 

                                                                                                   Depuis peu, "Apacheland" renaît de nouveau de ses cendres grâce à plusieurs personnes dont un homme passionné tentant de faire perdurer les histoires de ces vedettes de l'époque des westerns. Ces légendes  revivent grâce à ce genre de personnages entretenant l'histoire comme savent le faire les américains (même si le cinéma a toujours su réécrire ou déformer à sa guise certains faits historiques comme le génocide des indiens d'Amérique).

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.